Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #les ours tag

Les ours

Publié le par Animaux

                Les ours
 

L'ours le plus largement distribué dans le monde : on le trouve dans la majeure partie de l'hémisphère Nord, depuis l'Europe (où c'est la seule espèce), en passant par le nord de l'Asie, jusqu'à l'ouest de l'Amérique du Nord où, jadis, il atteignait le Missouri à l'est et le Mexique au sud. Jusque dans les années 1900, une petite population d'Ours bruns pouvait même être rencontrée dans l'Atlas, chaîne montagneuse du nord-ouest de l'Afrique. Ursus signifie « ours » en latin, et arctos veut dire la même chose en grec ; de sorte que nous sommes ici en présence d'un animal nommé « Ours ours ». Et, de fait, Ursus arctos est le type même de l'ours. Il en présente toutes les caractéristiques : une taille immense, une forme volumineuse et lourde, de longues griffes, des antérieurs puissants, un caractère vif et féroce, et surtout un si gros appétit que pour lui, pratiquement tout est bon à manger.
On admet qu'il existe quatorze sous-espèces d'Ours brun.
                               
http://shaiya76.s.h.pic.centerblog.net/sc7ucx5u.jpg
Douze pour l'Eurasie, et sont dispersées sur tout le continent, des Pyrénées à la Sibérie orientale.
Les deux autres vivent en Amérique du Nord.

Une des sous-espèces américaines, Ursus arctos middendorffi, ne se rencontre que sur l'île Kodiak, au large de l'Alaska. Cet ours se reconnaît principalement à son énorme corpulence (un grand mâle peut peser 600 kilos et plus), mais il se détache aussi subtilement du reste de ses congénères par sa denture etla forme de ses griffes ; ce sont ces deux caractères plus que la différence de taille qui autorisent le terme de sous-espèce. Il est communément connu comme l'Ours kodiak.
L'autre sous-espèce, Ursus arctos horribilis, autrefois abondante dans les Rocheuses, de l'Alaska à la Californie, est appelée différemment dans les diverses parties du continent où on la rencontre, mais elle est surtout connue sous le nom que lui ont donné les explorateurs Lewis et Clark quand ils la découvrirent pour la première fois dans le haut Missouri : il s'agit du
Grizzly.


http://www.aidemoi.net/ours/Ak004_2.jpg
Quoique plus petits que les Kodiaks,
les Grizzlys sont toutefois extrêmement grands ; le poids des adultes peut varier entre 125 et 650 à 700 kilos. Contrairement aux Ours noirs, ils présentent un dimorphisme sexuel marqué, ce qui signifie que les mâles et les femelles ont des tailles très différentes. Cette inégalité semble être en relation avec leurs rôles reproducteurs. Les femelles cessent généralement de grandir quand elles atteignent leur maturité sexuelle, c'est-à-dire entre 3 et 4 ans ; les mâles continuent à se développer au-delà de leur maturité sexuelle, à l'âge de 4 ou 5 ans. Ils sont donc en moyenne deux fois plus grands que les femelles. Les observateurs ont souvent été abusés par cette dispanté ; ainsi, plus d'une fois, des spécialistes des Grizzlys qui avaient inscrit dans leurs carnets ce qui, de loin, ressemblait à une mère et à son ourson ont dû rapidement modifier leurs notes quand la « mère » s'est soudain mise à monter l'« ourson » et à s'accoupler avec lui.

Outre le dimorphisme sexuel, l'Ours brun diffère de l'Ours noir sur de nombreux points. Sa tête est proportionnellement plus grande et plus ronde, son museau plus court, ce qui lui donne l'air d'avoir un nez épaté ou une « face plate ». Sa fourrure est plus longue et plus rêche. Entre les épaules, il a une bosse, bien visible, de tissu musculaire. Les doigts d'un Grizzly sont disposés en ligne droite à l'avant du pied, un peu comme les nôtres, alors que ceux de l'Ours noir forment un arc rappelant la position relative de nos doigts plus que celle de nos orteils. Les différences entre les griffes des deux espèces ont déjà été mentionnées. Quoique d'apparence meurtrière, les griffes de l'Ours brun ne semblent pas s'être développées comme des armes mais comme des outils ; combinées aux énormes muscles de la bosse des épaules, elles font de l'animal un fouisseur extrêmement efficace. D'ailleurs, dans une grande partie de son habitat, ce sont les racines de Lomatium (ombellifère blanche ou jaune des biotopes secs et ouverts) et autres ombellifères sauvages qui constituent l'un de ses aliments de base.


Les Grizzlys sont essentiellement des animaux des grands espaces : ils aiment les vastes terrains ouverts et sans obstacles. On les rencontre le plus souvent dans les prairies en lisière de forêt des montagnes de l'Ouest, mais on peut également les trouver dans les larges vallées, ainsi que sur les plateaux et les crêtes dénudées par le vent, fréquents dans ces régions fortement érodées par les glaciers. Autrefois, ils s'avançaient très loin, jusque dans les Grandes Plaines ; quelques-uns ont d'ailleurs récemment réapparu dans des zones protégées à la limite orientale du Parc national de Yellowstone. Une race appelée Grizzly des Barren Grounds a largement colonisé la toundra au-delà de la limite septentrionale des arbres, dans le nord du Canada et en Alaska ; plus grand que le Grizzly normal et beaucoup plus clair, certains zoologistes le soupçonnent d'être un hybride d'Ours brun et d'Ours polaire. Les deux espèces se sont en effet accouplées dans les zoos et ont engendré des descendants fertiles qui ressemblent fort aux Grizzlys des Barren Grounds.

Les Grizzlys vivaient dans toutes les régions de l'Ouest quand les colons européens explorèrent l'Amérique. Aujourd'hui, ils semblent se cantonner au sud de la frontière canadienne, uniquement dans les Etats du Montana, du Wyoming, dans quelques petits secteurs de l'ldaho et de l'Etat de Washington. Les hommes ont été accusés, à juste titre, du rétrécissement considérable de l'habitat de ces grands ours ; mais on peut se demander si ces animaux n'étaient pas, de toute façon, au bord de l'extinction. Comme on l'a dit, ils aiment les vastes espaces, en particulier le type de biotope ouvert que l'on trouve après le retrait des glaciers. Ils se sont propagés en Amérique du Nord pendant et juste après la période de glaciation, alors qu'une partie bien plus grande du continent présentait de telles conditions. Certains types de l'habitat qu'ils préfèrent se rencontrent encore dans toutes les montagnes de l'Ouest, mais ils se sont amenuisés pendant 10 000 ans, et les populations d'ours ont probablement diminué en même temps. L'arrivée des hommes avec leurs fusils et leurs clôtures n'a sans doute été que le dernier d'une longue série de coups portés à ces animaux. Dans certaine partie de l'Oregon, les Grizzlys étaient communs quand les premiers colons blancs arrivèrent, en 1852. En 1891 — tout juste trente-neuf ans plus tard —, le dernier des grands ours avait disparu. Une espèce ne disparaît pas « naturellement » en trente-neuf ans seulement : il lui faut plus longtemps pour s'éteindre. Les hommes sont donc en grande partie responsables de la disparition de ces ours. Les Ours noirs sont encore, en revanche, très nombreux dans la même région. Les lisières forestières qu'ils affectionnent sont toujours abondantes, mais les grandes prairies ouvertes que préfèrent les Grizzlys avaient déjà largement disparu avant l'arrivée des colons.





http://www.theatrum-belli.com/images/medium_Feeling_Grizzly.jpg